Bien que les avantages en termes de prix et la flexibilité des systèmes VoIP dans les entreprises soient considérables, la terminaison vocale peut impliquer des réseaux RTPC ou mobiles dans différents pays, ce qui peut affecter la qualité et les coûts des appels. La voix ou la terminaison d'appel peut être mise en package et vendue comme une entité à part entière.

Un opérateur peut acheter et traiter des routes VoIP, une terminaison d'appel et des services accédant à un réseau mondial de fournisseurs. Alors que le prix de l'utilisation de la technologie des télécommunications a largement diminué au cours des dernières années, certains pays - en particulier les pays en développement - considèrent les appels entrants comme un générateur de revenus, avec des prix gonflés pour les appels de terminaison. Dès 2009, une recommandation sur les tarifs de terminaison visait à harmoniser les tarifs de terminaison et à les rendre rentables. Cette initiative a été largement couronnée de succès dans l'UE, bien que certaines divergences subsistent.

Résistance en Roumanie

Le régulateur roumain des télécommunications, connu sous le nom d'ANCOM, souhaite conserver les frais de terminaison qui ont été calculés en 2014 à partir de chiffres qui sont désormais obsolètes. La Commission européenne a ouvert une enquête sur les taux de résiliation en Roumanie, qui sont considérés comme élevés par rapport aux frais de résiliation dans d'autres pays de l'UE.

Le marché des télécommunications et de la VOIP évolue rapidement et le Conseil estime que les tarifs fixés par ANCOM - FTR (Fixed Termination Rates) et MTR (Mobile Termination Rates) ne sont pas conformes au cadre réglementaire aux niveaux actuels. L'ANCOM n'a pas fourni d'argument suffisant pour maintenir ses tarifs FTR et MTR aux tarifs actuels de la Roumanie dans le contexte des récents développements du marché des communications.

Selon la proposition de l'ANCOM, les fournisseurs réglementés continueraient de payer le MTR plafonné à 0.96 centimes d'euro et le FTR continuerait d'être plafonné à 0.14 centimes d'euro par minute. Cette redevance serait incluse dans les factures finales reçues par les consommateurs, pour les appels passés vers plusieurs opérateurs différents.

Ces tarifs ont été initialement prélevés en 2014, sur la base d'un modèle BU-LRIC qui a été développé en 2013 et 2014. Un modèle LRIC, ou Long Run Incremental Cost, est souvent utilisé dans la réglementation des télécommunications pour déterminer combien les concurrents paient pour les services qu'un opérateur avec beaucoup d'alimentations du marché. Un LRIC ascendant est utilisé pour calculer les coûts mobiles et fixes en fonction de facteurs tels que le coût de l'infrastructure du réseau et ses caractéristiques techniques, la demande de services et les algorithmes d'ingénierie.

Cependant, ce modèle BU-LRIC est désormais obsolète et pourtant ANCOM n'a manifesté aucun intérêt à le revoir, ni même à ajouter quelques chiffres actuels dans le mix. Les régulateurs dans d'autres pays ont mis à jour des modèles similaires avec des données pertinentes.

Dans sa proposition, l'ANCOM a déclaré qu'elle ne prévoyait pas commencer le long processus de modification de son système BU-LRIC pur avant au moins l'année prochaine. L'ANCOM a indiqué qu'elle devait d'abord revoir la position officielle de l'UE sur les recommandations concernant les tarifs de terminaison et adopter le Code européen des communications électroniques.

La Commission n'est pas convaincue que l'ANCOM ait fourni des preuves suffisantes pour démontrer que son intention de laisser son modèle de coûts inchangé est conforme au cadre réglementaire actuel. En particulier, le Conseil craint que les examens à mi-parcours et les FTR qui ont été déterminés en 2014 soient le reflet d'un fournisseur qui est un fournisseur hypothétiquement efficace. Il s'agit d'un paramètre nécessaire, comme indiqué dans la recommandation de l'UE sur les tarifs de terminaison.

En outre, le FTR proposé est la redevance BU-LRIC la plus chère de l'UE, selon les chiffres les plus récents (juin 2017) de l'ORECE (Organe des régulateurs européens des communications électroniques). Ces chiffres ont également démontré que le MTR proposé est également supérieur au taux BU-LRIC pur moyen dans l'UE.

Différences dans la terminaison vocale de gros

Étant donné que les modèles ont été mis à jour et que les taux de terminaison suivent une tendance générale à la baisse dans d'autres États membres de l'UE, la Commission craint que la différence entre les taux de terminaison en Roumanie et dans les autres membres de l'UE ne s'aggrave encore dans les prochains quelques années.

La Commission a conclu que les MTR et les FTR en Roumanie ne respectent pas le cadre réglementaire, l'ANCOM n'ayant pas démontré que sa structure de prix était appropriée compte tenu des conditions actuelles du marché des télécommunications. On pense également que le taux d'ANCOM pourrait conduire à la formation d'une barrière interne sur le marché, car les opérateurs roumains pourraient continuer à percevoir des MTR et FTR plus élevés.

La Commission dispose de trois mois pour discuter de cette affaire avec l'ANCOM et l'ORECE afin de garantir le respect du droit de l'UE. À l'issue de l'enquête, la Commission peut lever ses réserves ou émettre une directive demandant à l'ANCOM de retirer ou de modifier sa proposition. Si l'ANCOM ne le fait pas, en l'absence de toute justification valable, la Commission a le droit d'envisager d'autres mesures juridiques.